CODUR

C. Dieschbourg signe officiellement l’accord de Paris sur le climat

C. Dieschbourg signe officiellement l’accord de Paris sur le climat

La ministre de l’environnement Carole Dieschbourg représente le Grand-Duché de Luxembourg à la cérémonie de signature de l’accord de Paris sur le climat, qui se tient momentanément aux Nations unies à New York.
Dans le cadre de son intervention plénière, la ministre de l’Environnement a mis l’accent sur l’engagement du Luxembourg dans différents domaines, en particulier dans les secteurs du transport, de la mobilité et du logement.

Engagement pour une ratification rapide
"Jamais autant d’États membres n’ont signé un traité international dès le 1er jour de son ouverture à la signature. Le Luxembourg est fier d’en faire partie. Et, dès mon retour de New York, je lancerai les procédures nécessaires pour permettre une ratification dès l’automne 2016. Dans ce cadre, une association étroite de la société civile et des acteurs non étatiques nous paraît essentielle."

Responsabilité des secteurs de l'aviation et du transport maritime
La ministre a aussi insisté sur la responsabilité des secteurs de l’aviation et du transport maritime:
"Permettez-moi toutefois de soulever un sujet de préoccupation: l’évolution des émissions observées dans les secteurs de l’aviation et du transport maritime. Celle-ci n’est - à mon avis - pas en ligne avec les objectifs de l’accord de Paris. Je pense qu’il y a lieu de porter l’élan de Paris dans les enceintes de l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) et de l’OMI (Organisation maritime internationale)."

Réorientation des politiques au Luxembourg
Dans son discours, elle a esquissé plus en détail les efforts du Luxembourg, afin de réorienter ses politiques:
"Dans le secteur du transport, deux tiers des investissements publics visent désormais les transports en commun et la mobilité douce. Une réforme fiscale favorisant le recours aux véhicules à zéro ou à faibles émissions et aux vélos sera opérationnelle en 2017. Pour ce qui est de l’énergie, nous allons doubler la production électrique moyennant les éoliennes. Dans le domaine des habitations, la future "banque climatique" donnera un élan à la rénovation énergétique des bâtiments existants tandis que tous les bâtiments construits à partir de 2017 seront d’office du type passif. Nous avons aussi lancé le Pacte climat, un partenariat volontaire destiné à renforcer le rôle important des autorités locales dans la politique climatique. À ce jour, 101 des 106 municipalités luxembourgeoises y ont adhéré et s’engagent dans la lutte contre le changement climatique."

Extrait du ‘Communiqué du ministère du Développement durable et des Infrastructures / Département de l’environnement’.


Complément : une banque climatique ?

Outre l'objectif primaire de faire baisser les émissions de CO2, la politique de protection du climat œuvre à maintenir le pouvoir d'achat des citoyens, renforcer les entreprises et l'économie, créer de nouveaux emplois et assurer les emplois existants. Pour atteindre ces objectifs, un acteur indépendant, tourné vers le marché et capable de faire de grands investissements, tels que la banque climatique sera créé. Grâce au préfinancement de leurs investissements dans l'efficacité énergétique de leur logement et leurs installations de production à l'aide d'une banque climatique, les ménages et les entreprises pourront sortir du piège des prix de l'énergie. La banque climatique pourrait aussi être un instrument intéressant pour l'économie (recherche, développement, construction...) et la place financière.

Extrait du site internet ‘www.dp.lu’